l'animation aux usa l'exemple d'un camp

L’animation aux USA : l’exemple d’un camp

animation aux usa Camp Allen

Le camp Allen a été créé en 1931 par le Lions Club de Boston.  A la base il s’agissait d’un lieu exclusivement réservé aux jeunes filles aveugles dont le docteur Edward Allen s’occupait. Dans les années 60, les missions se sont élargies aux personnes en situation de handicap physique et intellectuel. Créé dans l’idée que ce public nécessitant plus d’attention devait être à l’extérieur, au soleil et dans la nature pour pouvoir s’épanouir, le camp accueille aujourd’hui plus de 450 vacanciers par été pour une durée d’une ou deux semaines.

Je dis merci au site internet du camp pour le côté historique ! Mais je ne connais pas ce lieu par le biais uniquement d’un site web. J’ai eu la chance de pouvoir y passer deux étés qui ont réellement changé ma vision de la vie et des gens. Et je trouve que c’est un exemple parfait d’un camp été typiquement américain, que cela soit du côté de l’animation que du fonctionnement du camp en lui-même. L’animation aux USA est très différente et permet de remettre en question les pratiques que l’on peut avoir. Un bon nombre de summer camps aux États-Unis recrutent des animateurs à travers le monde entier via le programme d’échange visa J-1. Si vous souhaitez en savoir plus sur la manière de travailler aux États-Unis dans un camp d’été, retrouvez mon article en fin de cette page.

Une organisation différenteanimation aux usa balade en forêt

On retrouve au camp Allen différentes personnes qui travaillent à l’année ou pendant l’été pour en assurer le fonctionnement.

  • La directrice exécutive : Il s’agit de la directrice administrative et économique du camp et cela, toute l’année. Ce qui signifie que son rôle est de faire en sorte que le camp ait suffisamment d’argent pour garantir les salaires de ceux qui y travaillent même en dehors de l’été ainsi que les frais nécessaires à l’entretien du camp jusqu’à l’été suivant. Le camp ne fonctionnant réellement que 3 mois par an, elle fait un énorme travail de communication auprès des différents publics, entreprises et administrations. Ce qui aboutit sur l’organisation de ventes aux enchères grâce à des dons, d’opérations commerciales avec des restaurants et entreprises. De plus, une certaine culture de la solidarité est très présente aux États-Unis, ce qui amène des groupes d’une centaine de bénévoles à se succéder toute l’année pour réparer, nettoyer et améliorer le camp chaque année.
  • La secrétaire du bureau : Son rôle est similaire à ce que l’on peut trouver en France, elle gère les factures du camp, les fiches de paye, s’occupent des mails et autres communications envers le camp.
  • Le directeur d’été : Comme son nom l’indique, il s’agit du directeur du camp pendant l’été. Il s’occupe de gérer le recrutement de l’équipe d’animation du camp via les différentes agences de recrutements (Camp Leader et Camp America principalement). Son rôle est primordial dans le déroulé, c’est lui qui est au cœur du fonctionnement du camp pendant l’été.

Ces trois personnes, en y ajoutant le comité directeur et le conseil exécutif sont les piliers inamovibles du camp et d’un certain nombre d’autres camps aux États-Unis. Si vous connaissez d’autres lieux qui fonctionnent différemment, je suis curieux d’en savoir plus !

Deux types de fonctionnement

Un summer camp américain a réellement deux manières de fonctionner en termes d’animation pure au-delà de nos chers travailleurs à l’année qui ne changent pas.

Le program director

animation aux usa un jour normalLa présence d’un directeur des programmes facilite grandement le travail de l’équipe d’animation qui n’aura plus aucun souci à se faire quant à la préparation des activités. En effet le program director a pour mission de gérer les activités, leur conception, leur explication et le matériel nécessaire à son fonctionnement. Les animateurs n’ont donc plus qu’à arriver avec les mains dans les poches…ou presque. La volonté mise derrière ce fonctionnement est que les animateurs ne peuvent pas être en forme en gérant à la fois la vie quotidienne  des vacanciers et la préparation des activités.

C’est une manière de faire qui fonctionne bien et qui permet de décharger les animateurs d’une lourde tâche. Il faut quand même tenir tout l’été de juin à fin aout et c’est physiquement/mentalement exigeant, plus encore sur un camp accueillant un public en situation de handicap.

Au final la seule critique (et de taille) que l’on peut faire à cela, c’est que la liberté de l’équipe d’animation vis-à-vis des activités est coupée du fait que ce n’est pas elle qui les conçoit…mais ça se vit plutôt bien.

Animateurs spécialisés

Camp Allen BasketLe second fonctionnement se rapproche de ce que l’on trouve en France mais c’est souvent lié à des camps sportifs ou orientés vers des activités plutôt sportives. Nombre d’étés aux USA sont consacrés à des pratiques sportives spécifiques comme le tir à l’arc, le basket-ball ou des activités nautiques. Les animateurs recrutés s’occupent ensemble de préparer les activités mais pas le programme. Chaque animateur est en fait un spécialiste dans tel ou tel domaine et c’est lui qui sera en charge de la préparation et de l’animation de celui-ci. On a ainsi une équipe de moniteurs sportifs qui, au-delà de ne pas nécessairement mettre en place la formation pédagogique distribuée par la BAFA, sera à même d’encadrer en toute sécurité les activités sportives.

Je n’ai jamais eu l’occasion de travailler dans ce genre de camp mais j’en ai eu une très bonne explication par la directrice exécutive du camp Allen lors d’un de ses passages sur Paris.

Un camp conséquent

Alors que j’expliquais comment fonctionnaient les séjours d’animations en France au sein des associations d’éducations populaires ou dans les mairies, elle a été très surprise et impressionnée que certaines structures soient capables de gérer le transport de centaines de vacanciers et cela sur des dizaines de lieux différents à travers la France le même jour. Il faut dire qu’aux USA les « petits » camps ou séjours sont rares. Le camp Allen accueille entre 40 et 60 vacanciers en situation de handicap toutes les semaines, accompagnés d’une équipe de 25 à 40 animateurs. Le taux maximal d’encadrement (rarement atteint) étant de 1 pour 3. De la même manière, les camps non fixes tels que des séjours à durée plus courte atteignent facilement la centaine d’enfants. Le camp Allen démarre début juin pour finir le dernier week-end d’aoùt. Trois mois intenses en émotions qui laissent un souvenir inaltérable ! L’organisation fait penser à un centre de vacances tel que le club Med ou des villages vacances mais dont les objectifs et la vie quotidienne se rapprochent des séjours de vacances adaptés que l’on trouve en France.

L’animation aux usa : quel équilibre entre pédagogie et fun ?

pedagogie et funIl est difficile de décrire la place laissée à la pédagogie lors d’un été au camp Allen tant cela varie selon le program director. Et c’est aussi là tout l’avantage mais aussi le gros inconvénient d’avoir une seule et unique personne qui s’occupe du programme de tout un camp. Il ne faut vraiment pas se tromper dans le recrutement car cela va influencer l’intégralité du camp. De base, la consigne donnée aux animateurs est de laisser la place à l’autonomie des vacanciers, on fait avec eux et non pas à leur place même si cela est plus long que si c’était l’animateur qui s’en chargeait. Pour les activités, si le program director n’a pas de filtre vis-à-vis de ce qui est communément appelé en France, les PJC (Petits Jeux con), alors c’est tout le camp qui risque de tourner au vinaigre. J’ai vu passer un directeur dont beaucoup d’activités étaient sportives puis une directrice dont les idées tournées vers les activités manuelles mais je n’ai jamais vu ce côté pédagogique tel que l’animation est conçue en France.

Au final la présence d’un program director permet de décharger les animateurs de cette tâche longue qu’est la conception et la préparation des activités. Mais cela porte un sacré coup au travail d’équipe et au potentiel créatif qu’une équipe d’animation impliquée peut amener sur un lieu de séjour.

Comment postuler ?

RecrutementDevenir animateur aux États-Unis est plus simple que l’on puisse le croire. Des organismes compétents existent pour recruter et placer les animateurs dans les camps. Tout cela a un coût évidemment puisque les frais de visa et de transport jusqu’au lieu de camp sont à votre charge. Au final le salaire perçu sur les trois mois d’été couvre la totalité ou presque des dépenses initiales.

Pour en savoir plus vous pouvez consulter mon article sur Comment être animateur et travailler aux États-Unis.

Des remarques ? Des précisions ? Des questions ? N’hésitez pas à utiliser les commentaires, ils sont faits pour ça !

Commentaires

comments

Ecrit par:

Cyril

Laisser un commentaire

Votre Email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués (obligatoire):

CommentLuv badge

Revenir en haut