Du trek du Salkantay au Machu Pichu

Du trek du Salkantay au Machu-Pichu

Les treks à Cusco

Dans la ville de Cusco existent de nombreuses (très nombreuses) agences de voyage et vous pourrez trouver de tout à tous les prix (presque tous les prix…). Les 3 principaux treks proposés dans la ville de Cusco sont :

- L’Inca Trail : un trek de 4 jours où vous monterez et descendrez des marches sur LA Trek du Salkantay 1er jourroute de pierre antique des Incas. Il s’agit du seul chemin qui existe pour entrer directement au Machu Pichu par la porte du soleil ; il a été bâti pour les personnes de haut rang telles que les médecins, prêtres, astronomes ou encore les rois. Il s’agit du trek le plus cher des trois avec un coût d’environ 320 dollars

- Le Trek du Salkantay : un trek de 5 jours qui vous mènera à travers les montagnes, vous fera monter 2000 mètres de dénivelé et redescendre ces même 2000 mètres. Comparé à l’Inca Trail, il s’agit en fait du chemin qu’empruntait la population moyenne pour rejoindre la cité du Machu Pichu (puisque l’Inca Trail était réservé aux personnes de haut rang). Avec un coût d’environ 220 dollars, c’est le prix intermédiaire de nos trois treks.

- L’Inca jungle Trek : un trek de 4 jours qui vous conduira jusqu’au Machu Pichu à coup d’activités sportives telles que du vélo, du rafting ou encore de la Zip Line. Totalement créé pour les touristes, ce trek est le moins cher puisque son coût est d’environ 180 dollars.

Il est à noter que toutes ces excursions comprennent dans leur prix : l’entrée au Machu Pichu, le train/bus retour à Cusco, la nourriture, le logement (camping et dernière nuit en hostel dans la seule ville au pied du Machu Pichu (Aguas Calientes)), ainsi que des chevaux pour porter 5kg d’équipement.

Noter également que les prix sur cet article sont ceux de la basse-saison au Pérou.

Pourquoi réserver son trek à Cusco ?

Lama a CuscoSachez que si vous cherchez à réserver un trek depuis une ville autre que celle où se situe l’excursion, cela vous coûtera plus cher de base puisque les coûts comprendront le trajet aller et retour jusqu’à la ville de départ. De plus les agences prennent des commissions sur chaque transaction qu’elles ont à effectuer, donc plus il y a d’intermédiaires plus il y a de commissions donc plus le trek est cher. Il n’est donc pas rare de voir des touristes ayant réservé des treks dans leur pays, avant de partir, et qui ont payé le double, voire le triple du prix possible sur place.

 

 

Atteindre le Machu-Pichu sans payer un train à 70 dollars ou un trek

Pour ceux qui souhaitent aller au Machu-Pichu sans avoir à utiliser les gros moyens, il existe un chemin qui vous prendra au bas mot une petite journée de trajet. Pour cela vous devez prendre un bus depuis Cusco jusqu’à  Santa-Theresa  (où se situent des eaux thermales accessoirement). Ensuite vous avez deux options, prendre un bus de Santa-Theresa jusqu’à la station hydro-électrique puis marcher 3h jusqu’à Aguas Calientes, soit marcher 3h jusqu’à la station puis 3h jusqu’à Aguas Calientes. Il vous suffit ensuite de passer la nuit à Aguas Calientes pour profiter d’une journée complète au Machu-Pichu le lendemain.

 Le trek du Salkantay

Me voilà donc, 3h30 du matin, attendant dans le froid de la nuit de Cusco qu’on vienne me chercher pour mon départ pour le trek du Salkantay. Plusieurs taxis passent, des voitures et même d’autres touristes qui ont l’air de se promener au beau milieu de la nuit. Probablement des départs de trek, de trains ou d’avions. Cusco est une ville extrêmement active de jour comme de nuit, en haute ou basse saison. Finalement un homme sous la pluie me fait des grands signes de bras et je vais à sa rencontre, son nom est André et il sera le guide pendant les 5 jours à venir. Nous voilà à marcher sous le déluge du ciel pour rejoindre la place des armes (place principale de Cusco) et y attendre le mini-bus qui nous conduira jusqu’au village de Mollepata. 3h de route qui vont permettre de récupérer un peu de sommeil…du moins je le croyais. C’était sans compter que les routes du Pérou sont aussi bien entretenues que les toilettes publiques de la fête de l’humanité, toute la route se trouve être un ensemble de trous et de cailloux qui font trembler le mini-bus de toutes parts.

C’est ainsi qu’après une nuit aussi douce que du papier de verre, nous nous retrouvons tous dans la salle d’un restaurant pour le petit-déjeuner. J’en profite pour faire connaissance avec mes compagnons de marche, ils parlent tous anglais sauf 2 filles qui viennent du Brésil et qui parlent « Portugnol ». L’ambiance bien qu’un peu fatiguée est plutôt enjouée et tout le monde n’attend qu’une chose : qu’on se mette en route.

1er jour : temps moyen de marche 7- 8h

1er campement au trek du salkantayAvant de partir chacun doit passer à la pesée de son sac à dos puisque nous n’avons le droit qu’à 5 kilos chacun sur les chevaux. Plusieurs ici ont des sacs faisant entre 8 et 13 kilos et ils doivent répartir le poids entre un sac plastique et leur propre sac. Nous démarrons depuis le restaurant à travers le village et ainsi commence l’ascension de la montagne du Salkantay. Les premières sensations arrivent très vite et la transpiration commence à perler sous le soleil étouffant qui nous accompagne ce matin. Le groupe se décompose assez rapidement en 3 groupes plus petits. André le guide, Mark un britannique, Jos et Mart deux frères néerlandais, Johannes un allemand et moi dans le groupe de tête ; Peter un australien et Ann-Katrin une allemande dans le groupe intermédiaire et Leandro, Montagne enneigée le 1er soirBarbara, Elisa qui sont brésilien(ne)s à l’arrière. La montée est rapidement sportive et certains regrettent déjà d’avoir emmené autant de choses. Il nous faudra environ 3h pour arriver au lieu du repas que nous accueillons avec un plaisir non-dissimulé. Le repas est partagé et André nous fait passer une théière de maté de coca (du thé aux feuilles de coca) qui est censé combattre les problèmes d’altitude et nous donner un coup de fouet, mais pour cela il faut « y croire » selon lui. Après une heure nous voilà repartis pour les 5h de marche restantes jusqu’au lieu de camp. Plus la journée avance et plus le froid s’installe ; l’heure tardive couplée à l’altitude est assez intense et je commence à me demander si mon simple pull sera suffisant. Campement rudimentaire avec une douche froide (histoire de s’accorder avec la montagne) et un petit magasin qui permet d’acheter quelques snacks et de l’eau (à un prix 2 à 3 fois plus cher qu’à Cusco) mais nous voici devant un bon repas et une théière de maté de coca avant d’aller se coucher dans nos tentes.

2e jour : temps moyen de marche 9-10h

En route vers le col du salkantayLa nuit a été froide, très froide et il a été difficile de récupérer de l’énergie…ce que mes jambes me signalent de manière très distinguée et étant courbaturées. Il fait froid et il faut prendre son courage à deux mains pour sortir du sac de couchage, mais devinez ce qui nous attend à la sortie ? Une tasse de maté de coca brûlante que j’ingurgite avec grand plaisir. Incroyable comment il est possible de sentir ce liquide chaud passer à travers l’ensemble de son corps avant d’atterrir dans l’estomac. André nous explique que la journée d’aujourd’hui est la plus dure physiquement et que nous allons monter à plus de 4000 mètres d’altitude. Si certains ne se sentent pas bien, ils peuvent louer un cheval pour monter jusqu’en haut mais tout le monde est sur le départ à 7h. L’ascension est assez physique mais Pierres empilés au col du Salkantaytout le monde tient bon (bien que plus ou moins rapide). Le changement de paysage est assez rapide d’un jour à l’autre, alors que hier nous étions dans des montagnes verdoyantes, nous voici maintenant dans des montagnes pleines de rochers, cailloux et de neige. L’arrivée au sommet se fait dans une ambiance fantomatique, entourée par de la brume. Nous sommes à un lieu hautement spirituel selon les croyances. Lors du chemin, André nous avait invités à prendre un petit rocher, à monter sur ce lieu et nous comprenons maintenant pourquoi des empilements de rochers et cailloux se trouvent tout autour de nous. Selon la tradition, chaque personne qui passe par ici doit poser sa pierre pour honorer les esprits et demander la permission de passage à Pacha-Mama (la montagne mère). La descente de l’autre côté n’est pas difficile mais cause beaucoup d’ennuis  ; de nombreux cailloux qui roulent sous nos pieds avec la pluie qui s’en mêle, ne rendent pas les choses plus agréables. La cape de pluie que j’ai achetée avant de partir a son baptême du feu (ou d’eau selon les points de vue). Nous arrivons au repas avec les chaussures, chaussettes et pantalons clairement mouillés et boueux. Impossible de faire sécher quoi que ce soit et il va falloir faire avec, jusqu’au prochain campement. Mais qu’est ce qui nous attend en arrivant au repas ? Une théière de maté de coca en effet ! Changement de décor à nouveau car nous entrons dans un environnement avec moins de cailloux et plus d’arbres pour cette 2e partie de la journée. La nuit sera humide…mais avec du maté de coca !

3e jour : temps moyen de marche 4-5h

Trek du SalkantayRéveil avec…oui du maté de coca. Ma tentative pour faire sécher mes chaussures hier soir et cette nuit, s’est soldée par un échec total et c’est donc avec les pieds humides que j’entame cette journée. Enfin cette demi-journée puisque nous marchons ce matin et que nous rejoignons des eaux thermales cet après-midi. La marche est tranquille comparée aux deux jours précédents et se fait sur un chemin parsemé de plantations de Granadilla, nous voilà dans une « Rain Forest ». Aucune difficulté, tout le chemin est plat ou descend légèrement et nous rejoignons bien facilement le village de Santa Thérésa où nous attend le repas avec du maté de coca. L’après-midi est en relaxation totale aux eaux thermales et le soir c’est feu de camp, musique pour gringos et alcool pour ceux qui veulent. On n’est pas dans un trek organisé pour les touristes pour rien…

4e jour : temps moyen de marche 5-6h

La station hydro-electriqueMaté de coca au réveil et j’apprends que certains ont eu leur tente inondée pendant la nuit. Ce matin il y a trois solutions, la marche est coupée en 2 parties : 3h jusqu’à la station hydro-électrique puis 3h jusqu’à la ville de Aguas Calientes. La première solution consiste à marcher l’intégralité, la deuxième de prendre un bus jusqu’à la station électrique puis de marcher, la troisième de faire une Zip Line puis un bus jusqu’à la station hydro-électrique. Après une rapide réflexion le groupe se découpeUne cascade sur le chemion d'Aguas Calientes en deux : le groupe entier qui veut prendre le bus ou la zip-line et…moi qui veut marcher : quitte à faire le trek autant ne pas le faire à moitié ! Après une dizaine de minutes, Peter l’australien du groupe se joint à moi pour la marche. Et nous voici en route pendant que le reste du groupe part en mini-bus. Le chemin est agréable et on en profite pour discuter au fil des plantations de bananes, des cascades et des ponts suspendus. Je ne regrette absolument pas mon choix. Arrivé à la station hydro-électrique on fait une pause avant d’entamer la dernière partie jusqu’à Aguas Calientes. Le chemin longe une voie ferrée et est réellement ennuyant…3h de marche dans les cailloux avec aucun paysage. C’est la seule partie du trek que je n’apprécie pas. Mais finalement nous voici arrivés à la ville qui se trouve concrètement être gringos’land. Toutes les rues de la ville sont pleines de personnes qui veulent vous vendre des choses ou vous proposer un restaurant, un massage, etc…et tout ce que l’on trouve ici est concrètement au double du prix normal. Bienvenue dans la seule ville située au pied du Machu-Pichu, passage obligé de toute personne souhaitant visiter le site. Je suis bien heureux de n’y rester qu’une nuit.

5e jour : visite du Machu-Pichu

Machu-Pichu a 6h du matinLevée à 4h du matin pour être à l’ouverture des grilles de l’escalier qui monte au Machu-Pichu. Le bus pour monter partant à 5h30 coûte 10 dollars pour un voyage…et puis quitte à faire le Salkantay Trek autant le faire jusqu’au bout !! 50 min pour monter jusqu’en haut mais l’ascension est dure (surtout après les 4 jours précédents) et les marches sont hautes…  « Big Inca’s step » comme disait André. L’afflux de touristes est rapide, passé 5h30, car le Machu-Pichu ouvre ses portes à 6h. Mais nous y voilà, nous sommes parmi les premiers à rentrer et nous nous dépêchons avec le groupe d’aller prendre une photo du site pendant qu’il est vide de touristes (ce qui ne saurait durer !). C’est probablement l’arrêt le plus touristique de mon voyage mais sincèrement…le site en vaut le coup et ce serait tellement Explications du guideau Machu-Pichudommage de le rater. Nous avons le droit aux explications d’André, qui s’emporte à nous dire qu’il était aux différents évènements qu’il nous raconte, sur les différentes parties de la cité : le temple du feu, de l’eau, du vent et de la terre, la pierre chakana, les habitations, etc…

Arrivée à 8h du matin. André nous laisse et retourne à Cusco, nous avons nos billets de trains et la journée à passer au Machu-Pichu. Peter et moi allons monter la Montana-Pichu qui se trouve être un escalier (comme celui pour atteindre l’entrée) mais en plus long qui monte au sommet d’une montagne et donne une vision extraordinaire du site et des environs. 1h10 de montée et nous voilà à admirer une des plus belles vues qu’il m’a été donné d’avoir depuis que je suis parti. On en profite pour prendre un repas à cette altitude, assis sur le rebord…Il est 10h du matin mais peu importe ! L’occasion est trop belle !

C’est sur les coups de 16h qu’on redescend à Aguas Calientes, notre train est à 18h.

Je n’ai pas fait les autres Treks ; qui sait si je retournerai un jour à Cusco pour les faire. Dans tous les cas, l’expérience que je tire du Salkantay est vraiment positive et j’ai adoré cette succession de paysages tout le long du chemin ainsi que cette dernière journée magistrale au Machu-Pichu qui est, il faut bien le dire, un lieu réellement magique et rempli d’histoires et de traditions. Nous avons eu de la chance avec le temps car il n’a plu qu’une seule après-midi alors que nous étions dans la saison des pluies.

Sincèrement, je recommande ce trek à tous ceux qui hésitent à le faire. Il est extrêmement facile de trouver une agence pour pas si cher et le contenu en vaut clairement le prix (voir plus).

Et vous ? Avez-vous d’autres Treks à recommander ? Des expériences à donner ?

Mots clefs pour cet article :

  • salkantay prix

Commentaires

comments

Ecrit par:

Cyril

3 Commentaires

  1. François -  14 mars 2015 - 0 h 40 min (Your Comment is Under Moderation)

    Quel souvenir c’était ! Inoubliable ! J’ai fait l’inka jungle trail, différent de l’inka trek, mais tout aussi fabuleux !

    Répondre
    • Cyril -  14 mars 2015 - 2 h 40 min (Your Comment is Under Moderation)

      En effet ! Une expérience vraiment incroyable et dont je garderai le souvenir toute ma vie. Intéressant ça ? Si j’ai bien compris, le trek comprends différentes parties sportives avec du VTT, de la zip-line, etc…Tu peux m’en dire plus ?

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre Email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués (obligatoire):

CommentLuv badge

Revenir en haut