En quete de la jungle du pacifique

En quête de la jungle du pacifique

-Je sais que tu étais censé venir mais j’ai un changement imprévu de planning universitaire et du coup je ne pourrai t’accueillir chez moi que la semaine d’après !

Ok ! J’ai donc une semaine imprévue à combler mais j’ai déjà tellement de choix possibles que je n’ai plus qu’à en prendre un au pif. Bon pas vraiment au pif parce que Diego, mon hôte à Guatavita m’avait parlé d’un petit voyage qu’il avait fait dans un village en bordure de la jungle du Pacifique et dont les photos m’avaient fait rêver ! C’est donc avec cette nouvelle résolution que je me dirige vers le village de La Barra.

Concrètement, avant de partir, voici les informations qu’on m’avait données sur le trajet jusqu’au village et le temps qu’on pouvait y passer là-bas !

  • Il faut passer par le port de Buenaventura qui est une des villes les plus dangereuses de Colombie : aie le malheur de t’y promener la nuit et tu vas mourir au moins une fois àDanger chaque coin de rue.
  • Buenaventura même si c’est dangereux, le port est quand même vachement sympa et la vue est géniale !
  • Il va falloir que tu prennes un bateau mais les horaires sont aussi fluctuants que les vents qui se promènent sur les eaux du Pacifique.
  • Une fois que le bateau accoste, il faut que tu trouves une moto taxi qui va te conduire jusqu’à un lieu où il te restera 1h à marcher.
  • La Barra tu peux y loger pas cher, tu y trouveras des hamacs partout
  • Tu mangeras le poisson le plus délicieux de toute ta vie

C’est donc plein d’énergie que j’entame ce trajet et complètement crevé que j’arrive à Cali après 11h dans un bus de nuit qui n’a pas cessé de bouger, où mon cerveau a certainement perdu une bonne partie de ses neurones au vu du nombre de fois où ma tête a cogné et où la version espagnole de « GI Joe » qui passait m’a laissé très dubitatif quant à la qualité de ce film que je n’avais jamais vu et que je ne verrai donc jamais dans un langage que je comprends correctement !

La ville de CaliAprès une petite journée à me balader à Cali et une nuit dans un hôtel très sympa. J’entame la dernière partie du trajet qui me conduira jusqu’à la côte ouest de l’Amérique du sud, au milieu des moustiques, du soleil, de la plage et des hamacs. Le trajet depuis Cali est censé durer 3h pour rejoindre le port de Buenaventura mais les arrêts incessants du car, pour permettre à des vendeurs de rue de monter à bord pour nous vendre toutes sortes de trucs, et les bouchons sur la route ont augmenté ce temps jusqu’à 4h.

 

 

Carte côte du pacifiqueBuenaventura ne ressemble pas du tout à l’idée que je m’en étais fait. On m’avait dit que ce n’était pas très grand et que le port était assez petit. Cela n’est pas entièrement faux mais je n’avais pas prévu le dédale de rues remplies de vendeurs de rue et d’échoppes plus ou moins douteuses, le tout accompagné d’un ensemble de bâtiments, tous dans un état d’utilisation assez avancé. Cela est vrai pour ce qui est autour du port ; dès que l’on s’éloigne un peu, on retrouve des ensembles de lieux à vivre proches de ce que sont les quartiers les plus pauvres à Bogota. Pour ce qui est du port d’embarquement vers les villages alentours, en effet c’est tout petit, un simple embarcadère rond qui peut accueillir une dizaine de petits bateaux tout au plus. Mais c’était sans compter l’énorme port de déchargement de marchandises dont les grues fonctionnent sans cesse pour mettre à terre des produits venus du monde entier (mais surtout de Chine et de Taïwan étrangement…).

En attente de l'embarcationLorsque je suis descendu du bus j’ai eu la sensation d’être un morceau de viande jeté à une meute de chiens. Dès l’instant où j’ai mis le pied par terre, 4 ou 5 personnes se sont jetées sur moi pour savoir où je me rendais et me proposer taxis, nourriture et…des lunettes de soleil. Après m’être difficilement sorti de là, j’ai aisément pu trouver le port à coups d’indications de personnes dans la rue. Après avoir comparé les prix auprès de plusieurs compagnies, j’en choisis une et prends mon billet. Il est 13h, le bateau part à 15h, on me demande de me présenter à 14h et c’est donc naturellement qu’on m’a fait embarquer sur le bateau d’une autre compagnie à…16h30…tout cela en ayant payé un billet 55 000 pesos ce qui m’avait paru cher, mais comme les prix étaient pareils partout (j’ai appris plus tard que je me suis présenté le 1er jour d’un WE prolongé de vacances colombiennes et que donc les prix ont été doublés pour l’occasion…).

Hostel à La BarraJ’ai donc accosté assez tardivement et le coucher du soleil commençait déjà à pointer son nez. N’ayant pas tellement envie de me retrouver pendant la nuit sans savoir où loger, j’ai trouvé un taxi moto qui m’a conduit jusqu’à l’entrée de La Barra et un lieu pour dormir où le tarif n’était pas très cher. Du moins je le croyais jusqu’à ce que j’accepte de prendre un dîner, un petit déjeuner et…un verre d’eau. Le repas coûtant plus cher que la nuit (découverte du matin au moment de payer évidemment), j’ai pris mon sac et suis parti à la recherche d’un endroit plus approprié.

 

 

AmabléC’est donc en me promenant à travers La Barra que j’ai eu la chance de rencontrer Jollanda ! Une colombienne qui vit à La Barra mais qui a vécu 15 ans en France ! Une rencontre qui tombe bien et riche d’informations sur le village et ce que je serai susceptible de faire. Elle m’a conseillée d’aller trouver un habitant nommé Amablé qui pouvait m’héberger et également me faire découvrir les alentours. C’est donc avec grand plaisir que j’ai été à sa rencontre et que j’ai pu investir un hamac chez un local qui en plus m’a fait faire une ballade perso en canoë à travers la jungle, ainsi qu’une découverte à pied. En dehors de ça, sieste à l’ombre d’un cocotier, récupération de noix de coco et baignade dans le pacifique dont l’eau est chaude et agréable.

La BarraIl est intéressant de voir comment se déroule la vie à La Barra, ce village ne comporte pas beaucoup d’habitants et chaque matin on peut les voir passer, chacun avec un poisson dans la main provenant de la pêche du matin. Le poisson est le repas quotidien du coin, que cela soit le matin, le midi comme le soir, il y a toujours un morceau dans un coin de l’assiette. La faune locale visible est composé de crabes, chiens, chats, poules, coq et oiseaux marins, le tout se mêlant autant à la foule du village que s’ils habitaient dans la maison d’à côté !

 

 

En route pour la jungleEntre rencontre avec un groupe de colombiens, qui m’ont offert quelques bières, du vin, du whisky et un repas et quelques après-midi à jouer avec un gamin du coin dans l’eau, les rencontres n’ont pas manqué et mon temps à La Barra a été bien rempli !

Bien que le coin ne soit pas le plus touristique de Colombie, on y retrouve quand même des touristes qui pour la plupart ont leur hébergement à Ladrillero (C’est plus proche du port, il y a des endroits pour boire un coup et même un lieu pour danser la salsa le soir.) et font le trajet jusqu’à La Barra pour la simple et bonne raison qu’il n’y a pas de plage à Ladrillero !

Concrètement, si vous avez envie de vous détendre, de découvrir la jungle, flâner sur la plage et manger du poisson pêché il y a 1h, tout cela sous une température permanente de 25 à 30 degrés, n’hésitez pas à aller à La Barra, le chemin est facile d’accès et la vie sur place ne coûte pas très cher !

Itinéraire et coût pour rejoindre La Barra depuis Cali

Prendre le bus depuis le Terminal Transporte de Cali pour Buenaventura (attendre le dernier arrêt) = 19 000 pesos (3h de route)

Prendre le Bateau à Buenaventura pour Ladrillero = 25 000 pesos (j’avais payé 55 000 à cause du WE prolongé de vacances colombiennes).

Deux choix possibles : soit prendre une moto taxi jusqu’à Ladrillero pour 3 000 pesos et marcher 40 min (ce que je recommande, il n’y a qu’un chemin) ou prendre une moto taxi jusqu’à La Barra pour 15 000 pesos (on vous laissera à l’entrée de La Barra).

Informations sur La Barra

  • Vous trouverez de quoi vous héberger un peu partout, voici les prix :

-6 000-7 000 pesos pour un emplacement couvert pour une tente

-10 000 pesos pour un hamac

-20 000 – 25 000 pesos pour un lit dans une cabane

  • Il y a plusieurs restaurants mais je vous recommande clairement le restaurant Hola qui se trouve tout au bout du village en bordure de plage. Vous pourrez prendre :

-5 000 pesos pour un petit-déjeuner (café ou chocolat avec une assiette d’œufs brouillés/tomate/oignon et du riz)

-10 000 pesos pour un poisson frit avec du riz et des crudités ou du poisson en sauce

-20 000 pesos pour un repas plus complet avec soupe de poisson etc…

Commentaires

comments

Ecrit par:

Cyril

Laisser un commentaire

Votre Email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués (obligatoire):

CommentLuv badge

Revenir en haut