WWOOFing-a- Guatavita

WWOOFing : récit et anecdotes de Guatavita (Colombie)

Le WWOOFing est un des moyens que je m’étais choisi pour voyager et cela pour plusieurs raisons :

- cela permet d’aller à la rencontre des locaux

- cela donne l’occasion d’expérimenter une autre manière de vivre

- cela permet de voyager moins cher.

Dans l’idée de mon voyage, j’avais prévu de ne pas passer 1 semaine par pays mais de prendre mon temps pour découvrir les différents aspects de chaque nouveau lieu que je visitais ! C’est parfois compliqué quand on a des rencontres prévues , de jouer avec les agendas de chacun, mais ça sert à ça, de ne pas voyager avec 3 valises et toute sa maison !

J’avais commencé à contacter des fermes début septembre pour le mois d’octobre et c’est après avoir reçu 3 réponses positives que j’ai décidé d’aller à Guatavita,  proche de Bogota, et donc facilement accessible en bus pour pas très cher.

Station-de-bus-a-BogotaJe dis au-revoir à mes hôtes sur Bogota avec quelques regrets (c’était bien !) mais également une énergie nouvelle de partir sur un lieu inconnu à découvrir. Je prends le bus avec mon sac sur le dos qui attire autant l’attention des gens qu’un spectacle de rue. Si j’avais été capable de jongler, j’aurais peut-être même pu gagner de l’argent ! Arrivé à Terminal Norte, je demande à 4 personnes différentes où se trouvent les bus pour rejoindre Guatavita (oui je suis un peu maniaque en termes de direction à suivre…) et j’arrive finalement sur la plate-forme des départs. Après avoir demandé combien coûte le trajet jusqu’à ma destination, dans un espagnol plus qu’approximatif et des gestes dans tous les sens comme si je pratiquais la Langue des Signes, je m’installe dans un bus pratiquement vide. Le trajet dure une heure pour rejoindre Guatavita et je serai toujours impressionné par une chose…les bus s’arrêtent n’importe où, mais vraiment n’importe où, même sur une grande nationale où tout le monde roule derrière ! Aucun problème, le bus pile en plein milieu de la route pour récupérer des passagers qui attendaient…en effet, des passagers qui attendent un bus sur le bord d’une nationale, c’est une situation tout à fait classique en Colombie !

WWOOFing-rue-de-GuatavitaJe suis finalement arrivé à Guatavita, petite ville vraiment sympa où se mélangent le neuf et l’ancien et où les animaux semblent être autant d’habitants que les humains ! Mis à part les maisons en centre-ville (et encore j’ai des doutes), toutes les maisons du côté de la montagne ont au moins une vache et des chèvres qui se baladent librement. On m’indique où trouver un taxi auquel je demande comment rejoindre mon hôte. Le verdict est sans appel : une heure de marche dans les montagnes. Le chauffeur me dessine une carte approximative sur mon carnet en m’indiquant où tourner. Malgré le gribouillis, je me décide à partir en direction de la montagne après que le taxi m’ait donné sa carte en souriant « au cas où ». Que de générosité ! Les chemins sont totalement cabossés, mais assez larges pour faire passer un camion. C’est après 40 min de marche avec mes 12 kg sur le dos que je commence à me demander si je ne me suis pas trompé de chemin et le joli nuage noir qui s’approche ne semble pas en accord avec mon short et mon T-shirt. Je décide finalement de rebrousser chemin en me disant que plus j’avancerai loin, plus j’irai vers la pluie et plus j’aurai de chemin à faire si je me trompe. WWOOFing-mon-chauffeur-et-ses-enfantsJe croise quelques véhicules qui me saluent tous au passage et finalement j’arrête une voiture pour voir si je suis sur le bon chemin, un père de famille et ses enfants. Voyant la pluie qui commence à tomber, il me propose de me déposer (YEAH !) moyennant 5000 pesos …ça n’est que 2 euros et je m’empresse d’accepter en sentant les premières gouttes qui tombent. Nous cherchons donc l’endroit, nous nous trompons deux fois avant d’arriver à la bonne maison !

 

 

 

WWOOFing-vallee-cundinamarcaLa ferme est située à 3000m d’altitude dans la vallée de Cundinamarca qui est vraiment magnifique. Le paysage me fait déjà apprécier mon choix ! Je dépose donc mon sac et fait la connaissance de Diego (mon hôte) qui m’indique où installer mes affaires et me fait faire le tour du propriétaire. La maison de ses parents à 100m est incroyable ! Le père de Diego parle anglais ET français, c’est agréable mais mauvais pour l’apprentissage de l’espagnol !

Les deux premières nuits ont été les plus difficiles je pense ; la maison de Diego n’est pas chauffée et très mal isolée ce qui donne une température (le soir et tôt le matin) de 5 à 10 degrés à l’intérieur. N’étant pas habitué, il m’a fallu un peu de temps d’adaptation…mais il reste difficile de sortir du sac de couchage le matin !

La ferme comporte 3 chevaux, 4 chèvres, 2 boucs ; je ne sais pas à partir de quel moment on peut considérer qu’un lieu est une ferme mais cela me paraît peu !

Les travaux sur la ferme sont assez diversifiés : les idées fusent ici allant du dressage des chevaux à l’apprentissage de l’architecture verte. Au fur et à mesure des jours, je participe donc à :

  • la construction d’un Dôme en bois et torchis,WWOOFing-bus
  • nourrir les animaux,
  • creuser une piscine pour l’argile,
  • casser ce même argile en poussière,
  • couper des plantes pour permettre aux chèvres de brouter,
  • aider à l’entretien de la maison,
  • ramasser des pommes de terre,
  • fabriquer un filet mobile électrique de 40m de long,
  • aider au réaménagement d’un bus en lieu à vivre,
  • aider à réparer une moto.

Pour le coup j’ai vraiment la sensation d’«aider » sur la ferme et non pas de travailler. En général Diego me dit le soir ou le matin, les différentes tâches à faire dans la journée et je m’y attelle soit le matin ou l’après-midi, ce qui me laisse du temps pour me balader dans les environs, me reposer et écrire quelques articles pour le blog.

Le style de vie est plutôt rustique dans le coin ! Les toilettes sont à l’extérieur et sont composées d’une lunette de toilette posée sur un trou très profond, le tout dans une petite cabane. Il n’y a pas de chauffage (moyenne de 10°C) et l’alimentation varie selon les déplacements, la ville étant à 20 min en voiture ou 10 en moto (les chemins cabossés de montagnes sont plus facilement praticables sur une moto !). Cela peut revenir cher en essence de faire des allers-retours. Le plus souvent le repas est composé de tomates, céleris, carottes, riz, lentilles, pâtes, oignons, ail, haricots rouges etc…le tout cuisiné en poêlée de légume.

WWOOFing-Diego-Oscar-et-FellipeDans les choses qui m’ont beaucoup changé de mon quotidien, il y a notamment le fait qu’ici ils ne mangent de la viande qu’une ou deux fois par semaine ! Et je me rends compte que finalement, manger végétarien n’est pas si mal que ça. Entre autres, fumer du cannabis revient presque à fumer une cigarette dans le coin ! Il faut savoir que la consommation de cannabis est légale en Colombie et cela dans le cadre d’une consommation sur son espace privé. Il est même autorisé d’avoir 10g sur soi en se baladant dans la rue mais il est interdit d’en acheter, vendre et consommer dans la rue…oui c’est assez contradictoire tout ça…

 

 

Les anecdotes qui m’ont fait rire ou pleurer

La pomme de terre à cannabis

WWOOFing-pomme-de-terreUn soir où Diego voulait fumer mais n’avait ni feuille, ni pipe à utiliser, j’ai eu un énorme fou-rire en le voyant utiliser une pomme de terre. Il a tout simplement pris une patate, fait un tunnel dans la longueur avec un morceau de bois taillé et creuser un trou sur le dessus, avec un couteau qui rejoint le tunnel. Et voilà, une pipe à cannabis fabriquée en quelques minutes !

 

 

 

 

L’intervention du vétérinaire

WWOOFing-chèvresUn matin est arrivé un vétérinaire, Diego l’avait appelé car une des chèvres avait deux petites boules au niveau du visage. J’ai donc filé un coup de main pour tenir les instruments du vétérinaire et tenir la chèvre pendant que notre cher médecin des animaux faisait son office. Mais c’est en voyant directement l’intervention que j’ai saisi le sens de « drainer les abcès »… j’ai cru que j’allais me sentir mal…nul mot n’est nécessaire pour décrire cela !

 

 

 

La réunion familiale

Un soir, j’ai eu la surprise en rentrant assez tard d’une visite dans la ville de Cogua de rencontrer la sœur de Diego et son copain qui étaient venus passer la soirée en famille. Mais voilà, la soirée familiale ici c’est musique, vin, whisky et cannabis pour tout le monde (avec un peu de chocolat suisse ramené par la sœur !). Je pense que je n’ai jamais de ma vie assisté à une telle réunion familiale ! Au moins, la joie de vivre était palpable !

Les nuits étoilées

Au milieu des montagnes, à cette altitude, il n’y a pas de grosses lumières pour venir gêner la vision du ciel étoilé le soir. Lorsqu’il n’y a pas de nuage, le ciel se tapisse tout autour des astres célestes ! Même les étoiles les plus faibles sont visibles et donnent un aspect de rêve aux soirées (dommage qu’elles soient trop froides d’ailleurs…).

La « ballade » à vélo jusqu’à Suesca

WWOOFing-vélo-à-SuescaJ’avais parlé à Diego de mon envie d’aller visiter la ville de Suesca et de ses environs. J’ai mis longtemps avant de me décider à partir et Diego m’avait dit que cela se faisait bien en vélo depuis Guatavita. La veille de partir j’ai vérifié l’itinéraire sur google map qui m’a gentiment annoncé qu’il y avait 30 km pour rejoindre Suesca (soit 60 km aller-retour)…Je suis quand même partie ! L’aller a été plutôt cool, en m’arrêtant régulièrement pour prendre des photos j’ai mis 2h30 sachant que le chemin descendait pas mal. Le retour a été une autre paire de manche…il faut savoir que le chemin n’est jamais plat, soit ça monte, soit ça descend ! Sachant que le chemin était composé à aux ¾ de descentes depuis mon point de départ, le retour a été plutôt douloureux ! De retour à Guatavita il a fallu que j’appelle pour qu’on vienne me chercher étant complètement crevé pour faire la dernière partie du chemin pour rejoindre la ferme (une heure de monté à pied dans les montagnes !).

Après un mois passé dans ce lieu, le temps de s’adapter au rythme de vie et à l’environnement et je repars vers un autre lieu complètement différent !

Et vous ? Avez-vous déjà fait des expériences de WWOOFing ? C’était où et ça s’est passé comment ? Si non, où est ce que vous aimeriez tenter l’expérience ?

Commentaires

comments

Ecrit par:

Cyril

Laisser un commentaire

Votre Email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués (obligatoire):

CommentLuv badge

Revenir en haut